Temps

Il crée, rythme et anime l’univers intime du corps en expérience (« en vie »), que celui-ci soit en action, ou réaction. Le « temps corporel » génère ainsi en permanence de « l’activation à l’action ». Par association duale avec son homologue environnemental nommé « espace » (collectif), « le temps » du corps, individuel, permet le développement de toute dynamique corporelle. Celle-ci est perçue rectiligne et inertielle par tout observateur dans l’espace matériel. Elle est « initiée » sous forme cyclique et (giratoire) non-inertielle… dans l’intimité mémorielle du corps. L’humain perçoit mentalement son propre temps sous trois dynamiques topologiques, trois « dimensions dynamiques » distinctes « futur, présent, passé ».

Trois dimensions d’impulsion neurosensorielle.

Pour résumer, « le temps du corps » se déploie et se perçoit en 3D par « orientations spontanées » alors que son homologue dual, « l’espace des corps », se développe et s’observe en 3D par « distanciations relatives ». Nota : le corps en interaction perçoit sa réalité du temps, unique, mais qu’il synchronise avec d’autres corps lors de ses interactions en espace expérimental « 2x3D » Cette synchronisation collective fournit alors cette apparente « impression culturelle d’un temps unique » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *